Organisation

Le programme OMEGA vise à consolider, tester une méthodologie d’aide à la gestion globale et de fournir les moyens d’évaluer le service rendu par le système de gestion des eaux urbaines.

Les principaux verrous technologiques et scientifiques à lever pour atteindre ces objectifs sont principalement liés à la multiplicité des objets, processus et acteurs concernés :
- nécessité de mise ne place d’une modélisation complexes des processus physiques, biologiques, économiques, sociaux, … conditionnant les différentes fonctions du système de gestion des eaux urbaines (notamment la capacité des dispositifs techniques à provoquer des pratiques) ;
- nécessité de coordonner une multitude d’organisations aux objectifs pas toujours convergents et aux modes organisationnels pluriels conduisant à l’impossibilité actuelle pour une autorité particulière de gérer globalement le système de gestion des eaux usées et pluviales urbaines.

Afin d’atteindre ces objectifs et de structurer le travail, il est donc nécessaire de mêler étroitement compétences de recherche et compétences opérationnelles, C’EST POURQUOI :

  • le consortium du programme est organisé autour :
    • d’un laboratoire de sciences dures ( INSA LGCIE) et de deux équipes de sciences humaines et sociales ( INSA-EDU et CEMAGREF-ENGEES GSP) qui apportent des compétences solides sur beaucoup des domaines scientifiques concernés : Génie Civil et Urbain, Hydrologie Urbaine, Aide à la Décision, Gestion des Services Publics, Evaluation Economique, Sociologie des Organisations, Dispositifs Techniques et Spatiaux de l’Urbain.
    • d’un grand groupe industriel, très fortement impliqué dans le programme est également le gage d’une approche opérationnelle visant à déboucher effectivement sur des résultats concrets.

Cette présence est confortée par la participation de trois grandes agglomérations françaises (Communautés Urbaines de Bordeaux et Lyon et Agglomération Mulhousienne), qui, même si elles ne sont pas partenaires effectifs du programme, ont accepté de servir de cas d’étude et de fournir l’ensemble des données nécessaires.

  • les 10 tâches du programme ont été réparties dans 4 catégories distinctes :
    • Coordination du programme
    • Approche méthodologique
    • Étude spécifique de différentes fonctions du Système d’assainissement
    • Application opérationnelle
Catégorie Taches Intitulés
Coordination du programme Tâche 0
Approche méthodologique Tâche 1 Développement du cadre méthodologique
Approche méthodologique Tâche 2 Approche systémique des fonctions du SA
Étude spécifique Tâche 3 Respecter le milieu aquatique et ses usages
Étude spécifique Tâche 4 Protéger contre les inondations
Étude spécifique Tâche 5 Valoriser l’eau urbaine pour la vie urbaine
Étude spécifique Tâche 6 Garantir un coût acceptable
Étude spécifique Tâche 7 Éviter les nuisances induites et risques divers
Application opérationnelle Tâche 8 Élaboration d’un prototype de logiciel
Application opérationnelle Tâche 9 Application sur différents cas d’étude

Partenariat -Présentation du consortium

Plus en détail le consortium réunit 4 partenaires :

  • PARTENAIRE 1- COORDINATEUR : LGCIE (LABORATOIRE DE GÉNIE CIVIL ET D’INGÉNIERIE ENVIRONNEMENTALE) – INSA DE LYON

Les recherches développées au sein de la thématique « Eaux urbaines » du laboratoire de Génie Civil et d’Ingénierie Environnementale (LGCIE) portent sur trois axes : la production et les transferts des flux d’eau et de polluants, le traitement des rejets urbains de temps de pluie et l’analyse performancielle des systèmes urbains de gestion de l’eau. OMEGA s’inscrit pleinement dans le troisième axe : les recherches se situent dans le contexte des sciences de l’ingénierie et visent à améliorer les processus décisionnels dans le domaine de la gestion des eaux urbaines, sachant que les questions posées sont multiples (choix d’une stratégie de gestion, conception d’une solution technique, stratégie de réhabilitation d’un système d’assainissement, suivi de stratégies, etc.) et qu’elles doivent être abordées sous des points de vue très variés (environnementaux, économiques, techniques, sociétaux, etc.). Le LGCIE contribue depuis de nombreuses années à la formulation de systèmes d’indicateurs de performance et de critères pour l’évaluation de la qualité du service rendu (par le système, le sous-système ou l’élément considéré) et pour l’évaluation des impacts ou risques induits ; il contribue également à la conception et l’évaluation de procédures de synthèse multicritère (pour l’aide au choix d’une alternative ou le tri d’alternatives).
+ d’information

Le LGCIE est notamment en charge de la coordination des Tâches
N° 1 : Élaboration du cadre méthodologique
N°2 : Approche systémique du système de gestion des eaux urbaines
N° 3 : Étude de la Fonction « Respecter le milieu aquatique et ses usages »
N° 4 : Étude de la Fonction « Protection contre les inondations »

  • PARTENAIRE 2 : LYONNAISE DES EAUX Lyonnaise des Eaux est une entreprise du groupe SUEZ ENVIRONNEMENT dédiée aux activités de traitement, distribution d’eau potable et de collecte et d’épuration des eaux usées. Elle propose ses services aux collectivités et aux industriels. Elle dessert 19% de la population française en eau et 18% de la population en assainissement. En matière d’assainissement, elle accompagne les collectivités dans leur effort de protection de l’environnement et de mise en conformité des installations aux normes européennes. Ses efforts de recherche menés en étroite liaison avec SUEZ ENVIRONNEMENT visent à améliorer les offres, la qualité de service, la productivité et à garantir aux collectivités locales un service au juste prix. + d’information

Notamment responsable de la coordination des taches suivantes du programme :
N° 7 : Étude de la Fonction « Éviter les nuisances induites et risques divers »
N° 9 : Application de la méthodologie sur différents cas d’étude

  • PARTENAIRE 3 : EVS –INSA DE LYON (ENVIRONNEMENT VILLE SOCIÉTÉ) L’équipe de recherche « Environnements & Dispositifs Urbains » traite de la ville en partant des dispositifs techniques et spatiaux qui la constituent en établissement humain (en environnement). La voirie, les espaces publics, les transports, les réseaux d’adduction et d’assainissement de l’eau, les systèmes de signalisation, les systèmes informatiques de gestion du patrimoine urbain, la propreté urbaine, l’éclairage public, les diverses constructions ainsi que les services représentent autant d’exemples de ce que l’on entend ici par dispositifs techniques et spatiaux de l’urbain. Cette appellation, « Dispositifs Techniques et Spatiaux de l’Urbain », permet de regrouper dans un même plan d’observation l’ensemble des objets fabriqués nécessaires à la vie en ville. L’existence de ces dispositifs doit pour l’essentiel à l’activité des ingénieurs. Leur mise en œuvre et les usages dont ces dispositifs techniques et spatiaux sont l’objet participent à la formation de l’urbain en sa triple qualité technique, spatiale et sociale. Les Dispositifs Techniques et Spatiaux de l’Urbain sont observés comme les instruments de l’activité sociale urbaine. La composante INSA de L’UMR 5600 « Environnement Ville Société » (EVS) fédère autour du CNRS les laboratoires de six établissements : trois universités (Jean Moulin/Lyon3, Lumière/Lyon2 ; Jean-Monnet/Saint-Etienne) et trois grandes écoles (Ecole nationale des travaux publics de l’État, École normale supérieure Lettres et Sciences humaines, Institut national des sciences appliquées). Elle associe des géographes, des aménageurs, des urbanistes, des sociologues, des historiens, des politologues, des archéologues et des économistes. Elle s’appuie sur deux plates-formes techniques (dans le domaine de l’environnement et dans le traitement de l’image et les systèmes d’information géographique). + d’information

EVS-ITUS est notamment chargé de la coordination de la Tâche N° 5 du programme : Étude de la Fonction « Approprier le système de gestion des eaux urbaines aux activités urbaines »

  • PARTENAIRE 4 : Unité Mixte de Recherche Irstea-Engees GESTE « Gestion Territoriale de l’eau et de l’environnement » (anciennement UMR Cemagref-Engees GSP ) L’Unité Mixte de Recherche ISTREA-ENGEES en GEStion Territoriale de l’Eau et de l’environnement (GESTE) compte 13 permanents dont 9 chercheurs et ingénieurs en économie, sociologie et sciences de gestion. Elle est rattachée au sein du Cemagref au Thème de Recherche USAGES (Outils de Gestion et gouvernance de l’eau) qui regroupe également des personnes à Montpellier au sein de l’UMR G-Eau. Les activités de l’UMR s’intéressent à la gestion des services d’eau potable, d’assainissement et de déchets, elle s’articule autour des 3 axes suivants : • Choix d’investissements et gestion du patrimoine des services ; • Analyse de service (évaluation, outils de gestion et de suivi…) ; • Gouvernance et participation. Ce programme s’inscrit dans la problématique choix d’investissement de l’UMR et fait suite à un grand nombre de travaux finalisés sur le thème (cf. références bibliographiques) de la gestion patrimoniale, il permet d’envisager l’analyse à une échelle plus large que celle utilisée pour la gestion patrimoniale à la rencontre des approches territoires amorcées dans d’autre projet. La gestion du patrimoine des services et usages collectifs de l’eau est par ailleurs l’une des thématiques structurantes du TR-USAGES, au croisement des deux dimensions pries en comptes : gouvernance et durabilité, outils de gestion. Ce programme s’appuiera sur les compétences de plusieurs personnes de l’UMR et permettra notamment d’approfondir l’évaluation économique des coûts du système de gestion des eaux urbaines en tenant compte des impacts et des acteurs concernés par ces impacts ou intervenant dans la politique liée à la gestion du système mais aussi ceux intervenant sur la politique de la ville. + d’information

GESTE a en charge de la coordination de la Tâche N° 6 : Étude de la Fonction « Garantir un coût acceptable a court et long terme »