KIT 2 - Pour faire évoluer nos pratiques au regard de la question des médicaments dans l'eau


Ce kit est à destination des formateurs des professionnels de la santé et de l'eau.

Il vise à impliquer notamment les professionnels de santé autour de la problématique des médicaments dans l'eau :

  • les sensibiliser sur les possibilités d’agir concrètement,
  • favoriser l’appropriation de cette problématique d'intérêt général,
  • développer une logique d’action et d'anticipation de l'évolution des pratiques de santé au regard de l'environnement

5 mises en situation

1. Thierry, médecin, qui ne s’est en fait jamais posé la question de ce que devenait les médicaments dans l’eau

2. Olivier, patient (juste dose et observance) Il hésite à finir la boîte d’antibiotique de sa fille car il a les mêmes symptômes

3. Nathalie, pharmacienne qui conseille à un "consommateur" de limiter l'automédication et le sensibilise sur les conséquences de la prise de médicament, y compris sur l’eau

4. Denis, infirmier à domicile qui, au-delà de son rôle de conseil, s'interroge sur les solutions à venir à domicile pour limiter les rejets dans l'eau

5. Isabelle, responsable assainissement, qui cherche à optimiser le fonctionnement de son réseau et de sa station d'épuration (STEP) : Collecte, traitement en STEP, impacts et sensibilisation des décideurs


Le kit 2 est constitué :
- d'une vidéo dessinée, dans laquelle les 5 mises en situation se succèdent,
- de ressources documentaires complémentaires et de sites internet faisant référence.
La vidéo dure 4'30 au total ; elle peut être visionnée en une fois ou interrompue après chaque mise en situation.

Le kit 1 est complémentaire : des questions pour comprendre et des informations plus ciblées

Haut de page

 

La vidéo dessinée

 


1 - Thierry, médecin

Qui ne s’est en fait jamais posé la question de ce que devenait les médicaments dans l’eau

« Thierry médecin à l’hôpital, est comme tous les week-end, au bord du Giffre où il pratique la pêche. Perdu dans ses pensées, il se remémore un article qu’il a lu dernièrement sur la féminisation des poissons. Il réalise qu’il ne s’est jamais posé la question de savoir ce que devenaient les médicaments une fois éliminés par le corps humain. 
Pourtant il sait que l’essentiel des molécules actives sont éliminées par excrétion ! Et après ?! »

Intention :
Cette séquence a pour but de montrer les liens entre les soins pratiqués sur une personne et les effets possibles sur l’environnement. Elle vise aussi à favoriser le décloisonnement entre les pratiques des professionnels de l’eau et de la santé d’une part et à faire réfléchir les professionnels sur la cohérence entre les pratiques professionnels et personnelles. 


2 - Olivier, patient

Il hésite à finir la boîte d’antibiotique de sa fille Camille car il a les mêmes symptômes.

« Camille, la fille d’Olivier est tombée malade la semaine dernière. Le médecin lui a prescrit des antibiotiques. A la fin du traitement il reste des comprimés dans la boîte. Ce matin, Olivier présente les mêmes symptômes … Il s’apprête à finir la boîte mais s’arrête à temps, en repensant à son médecin qui lui a parlé plusieurs fois de l’antibiorésistance. Il préfère prendre RV avec son médecin pour bénéficier d’un traitement vraiment adapté. Au final, c’est un virus et le médecin lui a prescrit… du repos. »

Intention :
Deux messages dans cette séquence : la lutte contre l’antibiorésistance et l’automédication. Elle vise à se familiariser avec une approche non consumériste du médicament. Les questions de juste dose et d'observance sont également au coeur du sujet. Les prescriptions médicamenteuses ne sont pas systématiques. Cette séquence replace le médecin au cœur du dispositif de soin. Il est seul habilité à savoir ce qui est nécessaire ou non.


3 - Nathalie, pharmacienne

Qui conseille un "consommateur", de limiter l'automédication et des conséquences de la prise de médicament, y compris sur l’eau.

« Nathalie, pharmacienne à Ville sur Arve, explique à un jeune homme pressé que l’automédication a ses limites : risque de molécules non adaptées, risque de mauvais dosage. Elle explique aussi les conséquences sur l’environnement, et en particulier sur le lac tout proche, dans lequel on retrouve des résidus de médicaments dans des quantités non négligeables : antidouleurs, antibiotiques, antiinflammatoires, … »

Le pharmacien est un acteur central puisqu’il est à l’interface médecin/patient. C’est un très bon interlocuteur pour porter des messages de sensibilisation à destination des consommateurs (et patients).


4 - Denis, infirmier à domicile

Qui, au-delà de son rôle de conseil, s'interroge sur les solutions à venir à domicile pour limiter les rejets dans l'eau.

« Denis est infirmier à domicile. Il est extrêmement vigilant sur le fait que ses patients respectent leur traitement à la lettre. Il jette un œil régulièrement dans leur pharmacie et leur conseille de ramener les médicaments non utilisés à la pharmacie.
Mais il ne s’est jamais demandé s’il y avait des solutions pour éviter que les médicaments éliminés avec les urines et les sels se retrouvent dans l’environnement, et si les stations d’épuration permettaient de traiter ces résidus de médicaments. Il se dit que l’on pourrait proposer un système particulier de WC permettant de récolter à part les rejets des patients qui ont des traitements lourds, comme c’est le cas à l’hôpital. Qui sait, cela existe peut-être déjà, des professionnels des équipements médicaux ont peut-être des solutions. »

Intention :
L’infirmier a un rôle important en étant proche des patients, en connaissant parfois leurs habitudes. Il peut contribuer à les faire évoluer en dispensant des messages écoresponsables. L’élargissement de ses connaissances en matière technique et pratique pour la gestion des rejets le place en première ligne pour informer les patients.


5 - Isabelle, responsable assainissement

Qui cherche à optimiser le fonctionnement de son réseau et de sa station d'épuration (STEP) : Collecte, traitement en STEP, impacts et sensibilisation des décideurs.

« Isabelle est chargée de l’exploitation de la station d’épuration de Ville sur Arve. Très régulièrement, elle effectue des prélèvements d’eau : l’eau qui arrive à la station d’épuration, la part traitée et la part rejetée dans la rivière. Ceci pour mieux évaluer la quantité et la nature des micropolluants dont les résidus médicamenteux.
Mais tout n’arrive pas jusqu’à la station ! La collectivité fait le nécessaire pour optimiser la collecte des eaux usées et améliorer les traitements. Selon les molécules, Isabelle sait qu’ils sont plus ou moins efficaces et que l’élimination des boues en fin de process, peut poser problème.

Ozonation, charbons actifs … des process complémentaires pourraient être mis en place, mais à des coûts financiers et environnementaux significatifs. Est-ce acceptable pour la collectivité ? Elle insistera sur ces points particuliers dans le rapport qu’elle doit remettre aux élus prochainement. »

Intention :
Le débat reste complexe sur les questions de traitement. Des solutions techniques existent mais répondent-elles vraiment aux enjeux de santé publique posés par la présence de résidus médicamenteux dans l’eau ?
Seul l’échange entre les milieux de la recherche, des professionnels de l’eau, de la santé et les élus peuvent permettre de prendre les bonnes décisions sur le sujet.


Haut de page

 

Les ressources

 Sur le site du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, onglet « évaluations et recommandations » on trouve de nombreux guides sur les bonnes pratiques em matière de prescriptions

Sur le site de l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES), on trouve la revue Evolutions et son numéro 26 d’avril 2012, qui traite de la relation entre les médecins généralistes et les problématiques santé-environnement. Elle montre que, Bien que non formés dans ce domaine, les médecins généralistes accordent un crédit important à la santé environnementale : 93 % sont d’accord avec le fait que le médecin généraliste a un rôle important à jouer dans l’information de ses patients et 58 % déclarent souvent donner des conseils de prévention. Les résultats de l’étude plaident pour une formation des médecins généralistes en santé environnement, une meilleure articulation des producteurs de données ainsi qu’une réflexion en profondeur sur l’information scientifique et médicale à diffuser auprès des praticiens : transfert de connaissances, données probantes, documents de synthèse. 

Sur le site de SIPIBEL, on retrouve la présentation du projet et des partenaires, les résultats de recherches, ainsi que les livrables des études connexes au site pilote ( RILACT, IRMISE) et de nombreuses publications : thèses, études, supports d’intervention lors de colloques, journées techniques, congrès, etc., Notamment les résultats de l’enquête de perception menée dans le cadre du projet IRMISE.

Le dossier THEMA "Antibiorésistance et environnement" du Commissariat général au développement durable (février 2017) : il fait le point sur le phénomène d'antibiorésistance à l'échelle mondiale, sur la contamination des milieux par les antibiotiques et gènes de résistance et sur les solutions pour lutter contre cette contamination.

L'avis de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) sur l'évaluation des risques sanitaires liés à la présence de résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine : méthode générale et application à la carbamazépine et à la danofloxacine" : cet avis juge le risque négligeable pour les deux médicaments étudiés, tout en soulignant le manque de données de toxicité chronique et la nécessité de prendre en compte les effets éventuels des mélanges de substances à faible dose.

Réseau Environnement Santé (RES) a pour objectif de mettre la santé environnementale au cœur des politiques publiques. Le RES est par exemple à l’origine de l’interdiction du bisphénol A et de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens. Le site annonce les principaux évènements / colloques sur le sujet. Il rassemble également des publications sur le sujet.

Guide « Pour une bonne gestion des déchets produits par les établissements de santé et médico-sociaux » :  règles en vigueur et recommandations de bonnes pratiques, tant pour la gestion des déchets issus des médicaments que pour celle des déchets liquides à risques.

Ce guide a été rédigé sous l’égide du ministère chargé de la Santé, avec la collaboration du ministère chargé de l’Environnement, en s’appuyant sur les travaux d’un groupe d’experts multidisciplinaires, et après avis du Haut Conseil de la santé publique, de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, de la Haute Autorité de santé et de l’Autorité de sûreté nucléaire. Il s’adresse à l’ensemble des professionnels (cadres de direction, professionnels de santé, personnels des services techniques) ayant en charge la gestion des déchets et le développement durable au sein des établissements de santé et médico-sociaux.

Soignersanspolluer.com : la démarche Ecoprescription est portée par l’association de médecins lorrains pour l’optimisation de la qualité des soins (ASOQS) et le pays de Remiremont et de ses vallées, à la source de la Moselle. C'est une démarche exemplaire de sensibilisation et d’analyse de l’impact des médicaments sur l’environnement et la qualité des eaux.
"En faisant chacun un peu, en en parlant autour de nous, agissons ensemble pour nous soigner sans polluer".
"Retrouvez les messages clé et les témoignages de médecins, pharmaciens et vétérinaires engagés dans la démarche."

Tous ensemble, sauvons les antibiotiques: propositions du groupe de travail spécial pour la préservation des antibiotiques. Dans le but de proposer des idées originales, concrètes et réalisables, plus de 120 personnalités ont répondu à l'appel lancé par la Ministre de la Santé début 2015 : la mission confiée au Dr Jean Carlet a ainsi réuni des professionnels de santé, des chercheurs, des universitaires, des membres d'associations de patients, des représentants de l'industrie pharmaceutique et de biotechnologie, ainsi que les agences sanitaires. Ensemble, ces acteurs ont formulé des recommandations visant à changer de paradigme et à réduire la consommation d'antibiotiques française de 25 %.

Le rapport concernant la politique du médicament en EHPAD fait émerger des propositions stratégiques et opérationnelles pour définir une politique globale et claire de la prise en charge de la médication du sujet âgé en EHPAD. Les recommandations sont généralisables et en lien avec les résidus de médicaments, dans la mesure ù le vieillissement de la population participe de l’augmentation de la consommation de médicaments

Dans « Les dialogues de l’ASEF», on trouve, sur les pages de gauche des informations générales sur la pollution de l’eau par les médicaments et sur celles de droite, un médecin de l’association face à un expert. L’ASEF (Association Santé Environnement France) rassemble aujourd'hui près de 2 500 professionnels de santé (médecins, pharmaciens, kinés...) en France. Elle travaille sur tous les sujets en lien avec la santé et l’environnement. Elle réalise des études, des enquêtes, organise des conférences, publie des petits guides thématiques.

Dans le rapport de l’académie nationale de pharmacie sur l’observance des traitements médicamenteux en France, on trouve des données quantitatives et qualitatives sur l’observance, ses causes, ses conséquences. Le rapport est plus spécialement orienté sur le rôle des pharmaciens et de proposer des recommandations qui pourraient permettre d’améliorer l’observance médicamenteuse.

Haut de page